• Articles récents

    • Album : festival Toulouse 1981
      <b>halleauxgrains2.jpg</b> <br /> Jezebel Rock Toulouse 1981; photo X
  • Catégories

Buddy Holly

F BUDDY HOLLY sur scène par Jim NEWCOMBE BUDDY HOLLY – Liverpool’s Philarmonic Hall 20/03/1958 Publié le 28/06/2008 à 12:00 par rockinandrollin Mr Jim NEWCOMBE auteur-compositeur et passionné de Rock ‘n’ Roll a vu Buddy Holly et les Crickets sur scène le 20/03/1958 au Liverpool’s Philarmonic Hall, voici un extrait du magazine Let it Rock (GB) de 1973
**********
Alors qu’aux USA Buddy Holly n’était que l’un des nombreux artistes du monde du spectacle, en Grande Bretagne c’était une superstar. Entre Septembre 1957 et Août 1958 il eut une série de 6 titres au Hit Parade et à un moment lui et les Crickets avaient simultanément 4 S dans le top 20.
Lors de leur venue ici en Mars 1958, l’aspect fragile et réservé de Buddy Holly contrastait fortement avec son show assuré et torride sur scène. Fondamentalement, le volume sonore s’élevait jusqu’à un maxi avec la guitare de Buddy et la batterie déchaînée du jeune Jerry Allison (Norman Petty raconte : « il avait l’habitude d’utiliser des baguettes super grosses qui me faisaient penser à des mini battes de base-ball»). Sans vouloir le rabaisser, Jerry Allison explique que le bassiste Joe Mauldin «n’avait pas grande expérience de la basse» (Mme Vic Petty avait dû lui en enseigner les rudiments) et il utilisait sa contrebasse beaucoup plus comme un soutien sur scène. «Il faisait un bon show de rock, par exemple il se couchait sur le dos et tout ce genre de choses»
Les guitares électriques à la fin des années 50 n’étaient que faiblement amplifiées. Les artistes utilisaient généralement un tout petit matériel de 30-50 watts – dans le cas des Crickets, rien qu’un seul pour la Stratocaster de Buddy; mais d’après tous les récits ils étaient plutôt bruyants.
Jim NEWCOMBE, un passionné de Rock and Roll, qui a vu les Crickets au Liverpool’s Philarmonic Hall nous raconte: «Accompagné par Joe Mauldin à la basse et Jerry Allison à la batterie, Buddy vêtu d’un costume gris avance et reçoit une formidable ovation. Sa première chanson «Everyday», a été la plus lente de tout son spectacle même si elle était beaucoup plus rapide que sur disque. Après ce titre d’ouverture il a complètement abandonné son image si sage telle que représentée sur les pochettes de disques. Le grand jeune homme dégingandé interprète dans ses spectacles des Rock ‘N’ Roll de la plus grande classe : «Rip it up», «Ready Teddy», «Be-bop-a-lula» et «Great balls of fire» tous interprétés bien forts et bien nets; je n’ai jamais su comment ce trio pouvait faire tant de bruit. Pour faire bonne mesure ils y ont ajouté leurs grands succès «Oh boy», «That’ll be the day», «Peggy Sue» et «Maybe baby» mais même ceux-ci ont été considérablement accélérés. Avant chacune des chansons que je viens de mentionner, Buddy prononçait quelques mots sur leur création.
Pendant qu’il chantait et jouait de sa Fender, Buddy sautillait autour de la scène un peu comme Chuck Berry en plus jeune et plus enthousiaste. Il est tombé sur un genou, tenant sa guitare très haut, puis a traversé la scène en dansant jusqu’à Jerry ou Joe dans une frénésie de musique et de mouvement. A l’occasion, il ponctuait ses chansons endiablées avec des cris d’encouragements aux Crickets qui lui répondaient à leur façon : Jerry en faisant véritablement vibrer sa batterie pendant que Joe chevauchait sa contrebasse comme le Lone Ranger; il y avait peut-être une petite ressemblance avec les Comets dans tout ça. À un moment l’ambiance était si brûlante que Buddy s’est interrompu. Les gens dansaient dans les allées et s’égosillaient pour réclamer ses succès du hit parade tels que «Oh boy». Buddy leur a répondu « Si vous ne vous calmez pas, je ne chanterai plus», et ça les a refroidi : il avait le genre de personnalité qui en impose au public ».
**********
avec l’aimable autorisation de Mr Jim NEWCOMBE 

Laisser un commentaire

 

las divinas |
Un petit choeur de poche |
lesfrereslumineux.hard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MOGADORIA
| ERIC MALOU
| Exclusive Music